mardi 20 juillet 2010

Vallées Calchaquies : Salta-Payogasta

Samedi 10 Juillet :

 

Réveil à 6h30. Le départ de l’excursion était annoncé à 7h sur le prospectus, mais à la réception ils m’avaient dit que ce ne serait sûrement pas avant 7h30.

Le petit déjeuner est copieux ! (Les numéros correspondent aux chambres : 2 croissants par personne + 1 petit pain dont je ne connais pas le nom).

 

P1080655

 

J’ai attendu un certain temps, et au final le guide n’est arrivé que vers 8h… Je m’attendais à voir un minibus avec une vingtaine de personnes à l’intérieur, comme à Mendoza, mais en fait non ! On était quatre dans un Kangoo, avec le guide, Fernando, rien que pour nous. C’était vraiment super !

 

Je monte dans la voiture. J’ai à peine le temps de dire bonjour que l’on me saute dessus en me demandant « T’as un thermos ?! » « Euh… Non ^^’ » Eh oui, le mate, c’est sacré, et malheureusement pour elles, les filles n’avaient qu’un petit thermos de 50 cl…

Après ce premier contact assez particulier, on fait un peu connaissance des gens avec qui on va passer les deux jours suivants : Fernando, le guide ; Laura et July, deux voisines de Buenos Aires un peu spéciales ; Laura 2, d’une petite ville près de Cordoba et qui connaissait San Francisco (le monde est petit…) et moi-même.

 

Premier arrêt pour acheter ce qu’il manque éventuellement. Là, le guide nous conseille d’acheter des feuilles de coca, parce qu’on va monter assez haut en altitude. Me voilà donc partie acheter mon petit paquet et là, un gars s’est mis à me parler dans un anglais totalement incompréhensible, il ne voulait pas me lâcher et me proposait de venir avec lui pour qu’il me fasse la visite en anglais… Mais bien sûr ! Ce qui était marrant, c’était cette grosse boule que formait sa joue : une accumulation de feuilles de coca ! Et il n’était pourtant que 8h du mat’…

 

En sortant de la ville, on continue à faire connaissance : quand j’annonce que j’étudie la qualité alimentaire, le guide s’est mis à parler de… L’IFS ! Alors là, j’ai halluciné, parce que déjà en France, si tu parles de l’IFS à quelqu’un, y a peu de chances qu’il sache ce que c’est, mais là, en Argentine quoi ! C’était quoi la probabilité ???

Et puis, autre surprise : il se trouve que Laura 2 est étudiante en chimie et… Microbiologie ! Vous trouvez ces petites coïncidences rigolotes ? J’en ai pas fini : attendez un peu que je vous raconte mon voyage à Tilcara… Mais faudra patienter encore un peu, avant je dois choisir parmi les 419 photos que j’ai prises sur ces 2 jours lesquelles je vais bien pouvoir vous montrer…

 

Revenons-en à nos moutons. Enfin les moutons, on les verra plus tard : revenons-en à nos montagnes. Le lever de soleil sur les monts entourant la ville, c’était tout simplement magnifique. Mais je n’étais pas au bout de mes surprises, et même si j’en ai pris plein la vue à Mendoza, c’est totalement différent por alla, d’ailleurs ce n’est pas comparable !

 

Premier arrêt photo : je ne me souviens pas du nom, mais c’était chouette.

 

P1080665

 

Puis on repart, et on empreinte une piste caillouteuse, pas très large et plutôt sinueuse (avec conduite assez floklo) : le paysage change rapidement, la verdure est déjà moins présente qu’à l’arrêt précédent, et pourtant on n’a fait que quelques kilomètres !

 

P1080667

 

Deuxième arrêt photo, je ne me souviens toujours pas du nom :

 

P1080669

 

P1080674

 

Puis retour sur la route, où cette fois le paysage est carrément différent : adieu la verdure, bonjour sécheresse et cactus, et apparition de belles couleurs !

 

P1080675

 

P1080676

 

Encore un arrêt. C’est vraiment magnifique, mais ce n’est que le début…

 

P1080681

 

P1080685

 

P1080690

 

P1080698

 

Et retour sur la route, encore des paysages et des paysages…

 

P1080699

 

P1080707

 

P1080708

 

Et des couleurs hallucinantes… Le NOA, c’est le paradis des géologues !

 

P1080710

 

P1080711

 

Premiers lamas :

 

P1080712

 

Puis arrêt technique d’une dizaine de minutes (pause pipi, etc…). Sauf que ça a duré un peu plus longtemps que prévu, parce que Laura s’est aperçu en sortant de la voiture qu’elle avait oublié son sac à dos (avec argent, papiers et tout le tralala) deux arrêts auparavant, soit la photo de Mr Renne sur le panneau… Elle retourne donc sur nos pas avec le guide, pendant que Laura 2, July et moi-même restons sur place, à profiter du paysage, et siroter un mate pour les 2 autres. Et tout à coup, on a vu un troupeau de moutons et chèvres débarquer et traverser la route… Surprenant, et saisissant !

 

P1080713

 

P1080714

 

P1080716

 

P1080720

 

July et Fernando reviennent. Le temps de faire chauffer de l’eau pour le thermos, et nous voilà repartis sur les routes ! Cette fois, ça commence à grimper sérieusement : le guide nous dit qu’il est temps d’utiliser les feuilles de coca : on en coince 4-5 feuilles entre la joue et la gencive, et on laisse la salive faire le reste ! En fait, ça permet de lutter contre l’altitude en augmentant le taux de globules rouges dans le sang. La feuille de coca est autorisée sur tout le territoire argentin, et ce n’est pas de la drogue ! Le guide nous a expliqué que pour libérer une quantité d’alcaloïdes suffisante pour avoir un effet, il faudrait consommer 13kg de feuilles de coca en quelques minutes… Autant dire que c’est impossible…

 

Route plutôt inconfortable (piste), virages et altitude : July ne se sent pas bien. On fait donc un petit arrêt un peu plus tôt que prévu, histoire qu’elle récupère un peu. La vue est déjà impressionnante :

 

P1080726

 

P1080728

 

Puis nous reprenons la route, et nous voilà devant une superbe vue de la Cuesta del Obispo (mais non, pas Pascal), à 3290m d’altitude… Magnifique. Au loin, on aperçoit les nuages, plus bas que les montagnes, et qui commencent à recouvrir la vallée d’où l’on vient.

 

P1080739

 

P1080737

 

Encore une petite grimpette, et nous voici à Piedra del Molino, 3348 m d’altitude, avec sa croix, sa petite chapelle, et sa superbe vue :

 

P1080744

 

P1080745

 

Retour sur la route. Cette fois, le paysage change du tout au tout. Les montagnes ne sont plus verdoyantes, d’ailleurs il y a moins de monts. La végétation est quasi inexistante, seuls les cactus et quelques herbes sèches trainent par-ci par-là. On aperçoit quelques guanacos, cousins des lamas, mais qui sont à l’état sauvage (alors que lamas et alpagas sont domestiqués) :

 

P1080747

 

P1080748

 

Et là, trois ou quatre ânes en plein milieu de la route…

 

P1080750

 

Puis arrivée sur la recta Tin-Tin, au milieu du parc national de Los Cardones : une ligne droite de 15 km construite par les Incas (bon bien sûr, imaginez-la sans bitume…) et qui ne présente que 15° de déviation d’un bout à l’autre…

 

P1080759

 

P1080763

 

P1080764

Des cactus qui peuvent vivre jusqu’à 400 – 500 ans…

 

P1080765

J’ai voulu lui faire un câlin, mais avec des épines de 15cm, j’ai pas trop osé m’approcher… !

 

P1080767


Dernier arrêt avant d’aller manger : quelques ruines, un petit tas de pierres… Et bien sûr, toujours une vue magnifique, à 360°.


P1080770


P1080771


P1080774


P1080779


Puis nous reprenons la route, direction Payogasta, tout petit village où nous avons mangé... Mais la suite, ce sera pour plus tard !

Posté par LaHyeNe51 à 17:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Vallées Calchaquies : Salta-Payogasta

    ah ben non, c'est pas sympa ! tu nous mets l'eau à la bouche et faut encore attendre !
    aller à bientot
    bisous

    Posté par momon, mardi 20 juillet 2010 à 22:22 | | Répondre
Nouveau commentaire