mardi 10 août 2010

Córdoba

Il faut que je vous raconte mon week-end à Córdoba !

Bon, alors là je suis bien embêtée parce que je n’ai pas encore parlé de cette ville, alors que j’y suis allée trois fois ! Le fait est que les deux premières fois ne m’en ont pas laissé un souvenir extraordinaire et que par conséquent, je n’ai pas pris la peine/le temps de raconter tout ça. Peut-être que si le cœur m’en dit, je raconterai ça à la suite, mais étant donné que mon stage touche à sa fin et que j’ai encore un autre article à préparer, ça m’étonnerait…

 

Commençons pas le commencement : quasiment dès le début de mon stage Diego, un collègue du boulot, m’avait dit qu’ils prévoyaient un week-end fin juillet à Córdoba avec sa copine/femme (en fait je sais pas s’ils sont mariés ou pas, donc je l’appellerai par son prénom, même si je ne suis pas sûre que ce soit le bon : Eugenia). J’avais bien sûr accepté l’invitation.

 

Après m’en avoir reparlé dans la semaine, il m’a annoncé que je devais réserver une place où dormir, parce que là où ils allaient, ils n’avaient pas de place pour moi. Pas grave, j’avais des adresses d’auberges ! Mon seul problème est que je n’avais pas le modem le soir, il a donc fallu que je réserve depuis le boulot… Et cette fois-ci, j’ai changé d’auberge pour une qui me semblait plus sympa que celle où j’étais allée les deux fois précédentes.

Petite explication : lors de mon premier week-end à Cordoba, j’avais atterris au Baluch backpackers, que j’avais trouvé sur Hostelworld.com et qui m’avait paru sympa… Sauf qu’en fait, je n’avais pas du tout aimé, parce que la plupart des gens parlaient anglais et que pour moi, c’était impossible de communiquer car habituée à parler espagnol… En plus, c’était hyper bruyant et j’avais très mal dormi bref, je m’étais dit que je n’y reviendrais pas. Et pourtant, la deuxième fois que je suis allée à Cordoba, je me suis retrouvée là-bas quand même et rebelote : trop d’anglais, c’était le bordel jusqu’à tard dans la nuit enfin bref, pas aimé… Mais je n’avais pas eu le choix, n’ayant pas pu réserver (départ plus ou moins sur un coup de tête), j’avais tourné pendant plus d’une heure dans Cordoba et toutes les auberges où j’allais étaient pleines, donc en dernier recours j’y suis retournée et j’ai eu un coup de chance car il ne restait qu’une place…

 

Bref, revenons-en au week-end Cordobés n°3 : cette auberge (Backpackers International), j’y avais cherché une place lors du week-end n°2, mais on m’avait répondu qu’il n’y avait plus de place, puis finalement que si, puis en fait non, puis re-si et en fait… Ah ben non. Mais j’avais été déçue de ne pas pouvoir y rester, d’autant plus qu’ils organisent un asado tous les week-ends, ce qui m’aurait permis de rencontrer des gens. Bon, donc j’ai réservé là, pour 2 nuits. Maintenant passons au récit du week-end.

 

Vendredi 30 Juillet :

 

Comme tous les vendredis, je quitte à 16h.

Diego m’avait prévenue qu’ils passeraient me chercher vers 17h. J’appréhendais un peu le week-end : on n’a jamais trop discuté, et j’avoue que j’avais peur de ne pas savoir quoi dire pendant 2 jours avec eux…

17h (qu’ils sont ponctuels, ces Argentins !), nous voilà partis. En bus, le trajet dure 3h, mais je me dis qu’en voiture, ça ira sûrement plus vite ! Au final, non… La circulation est plutôt importante le vendredi soir, et il y a beaucoup de camions sur la route : nous avons donc mis 3h malgré tout. Le trajet a été un peu long : en voiture, pas de film et même si on a un peu discuté, 3h restent 3h… Enfin j’ai appris que Eugenia allait en fait à Cordoba parce qu’elle avait un exam le lendemain matin, leur système d’études est un peu spécial ici, j’ai pas trop compris mais bon. Elle est kiné, mais veut faire ostéopathe et pour être ostéo, faut d’abord faire 5 ans d’étude de kiné (et avoir le diplôme), puis ensuite enchainer sur 3 ans d’ostéo… C’est long, c’est long !

 

On est arrivé vers 20h. Petit passage par un bureau d’info touristiques sur la place San Martin mais c’était fermé : tant pis ! Ils m’ont ensuite déposée à l’auberge et m’avaient prévenue qu’ils ne faisaient rien le soir à cause de l’exam du lendemain.

A l’AJ, je suis allée déposée mes affaires dans la chambre (4 lits, sdb privée : c’était sympa, surtout pour 32 pesos/environ 6,50€ !), puis la fille qui était sur le lit en dessous du mien est entrée et à commencé à me parler en anglais. Après avoir essayé en vain de sortir une phrase totalement en anglais, voilà qu’elle me sort « t’es française ? » Ouiiiii !!!! Quel bonheur, pas besoin de faire surchauffer mon cerveau pour que l’anglais domine l’espagnol… On a donc discuté un peu, elle m’a raconté qu’elle venait du Var et qu’elle vivait à Londres depuis un an où elle bossait dans un bar, étant partie à la base pour un stage de 3 mois et n’ayant jamais eu le cœur de revenir, et qu’elle envisageait même de trouver un boulot dans sa branche et de s’y installer…

Puis une fois qu’elle est ressortie, c’est une Allemande qui est arrivée, elle était avec son copain/mari, j’en sais trop rien. On a un peu discuté, en espagnol cette fois, (d’ailleurs son copain parlait un peu français) et elle m’a expliqué qu’elle bossait au Chili, où elle était arrivée 5 mois auparavant et que là, ses vacances de 3 semaines touchaient à leur fin… Enfin sa prononciation m’a un peu choquée, pour quelqu’un qui était là depuis 5 mois, c’était un peu limite, on aurait dit qu’elle ne faisait pas d’effort !

 

Puis vers 21h, j’ai décidé qu’il était peut-être temps que j’aille manger… A la base j’avais prévu d’acheter des trucs en supermarché et de me faire la popote à l’AJ (la cuisine c’est pas mal pour rencontrer des gens), mais il se trouve qu’après avoir tourné un certain temps dans le Disco (chaine de super), y avait rien qui me tentait : je me suis donc résolue à trouver un resto, mais je n’avais pas envie de mettre trop cher, et je me suis finalement retrouvée bredouille… Retour au Disco, où j’ai finalement acheté 2-3 trucs et puis surtout UN YAOURT, chose que je n’avais pas mangé depuis plus de 2 mois ! :’)

Avec tout ça, je suis revenue quasiment à 22h… Je me suis donc fait ma petite bouffe, en discutant un peu avec un gars de Buenos Aires qui m’a dit qu’il était avec 2 autres personnes, mais que j’ai toujours vu seul par la suite, bizarre… Bref

Je suis ensuite descendue dans le « living », parce que j’avais pas envie de rester toute seule, et je me suis incrustée dans un petit groupe qui était déjà entrain de manger pizza et empanadas : je faisais un peu tache à côté avec mes petits pois/tomate/saucisse, mais tant pis, hihihi !

Présentations : Isaïas, un Argentin qui était la depuis trois semaines, après avoir tout largué de sa vie dans le sud pour entamer une nouvelle vie à Córdoba ; Marcelo, de Buenos Aires ; Catalina et Sandra, deux Colombiennes au caractère visiblement bien trempé ! On a passé une petite soirée sympa autour de quelques verres de bière/vin, et à jouer au UNO ! Ils prévoyaient d’aller en boîte par la suite (départ à 1h30) et m’ont proposé de venir, mais je ne savais pas trop si j’en avais envie, surtout si tard... Je me suis posée dans le canap’ avec d’autres personnes dont Romina, une Argentine ; Marie-Eve, une Québécoise avec qui je parlais malgré tout en espagnol et Daniel, un Brésilien (mais pas le même qu’à Mendoza !). On a regardé « Pour le pire et pour le meilleur », qui repassait d’ailleurs le lendemain (oui, la télé argentine est très variée !) tout en papotant plus ou moins.

Finalement, je ne suis pas allée en boîte et suis restée avec Daniel et Marie-Eve jusqu’à la fin du film, puis on est allé se coucher.

 

Samedi 31 Juillet :

 

Réveil vers 10h (bon, en fait, je m’en souviens plus, mais en même temps on s’en fout un peu). Je prends ma douche, puis vais prendre mon petit dej’. En fait, le week-end, il n’est pas compris dans le prix de la chambre et 2,50 pesos pour le jus de chaussette qui faisait office de café, j’ai trouvé que c’était un peu cher payé, hihihi ! Bref, petit dej’ sur la terrasse de l’AJ, au soleil, au calme et avec une chouette vue sur l’église je sais plus quoi : comme un air de vacances…

 

Diego m’avait dit qu’il m’appellerait sûrement dans la matinée pour savoir ce qu’on ferait, au final il ne l’a pas fait. Je suis partie vers 11h40, puis comme je ne savais pas quoi faire, je me suis dirigée vers la Manzana Jesuitica en me disant que peut-être je pourrais visiter. Comme il était quasiment midi quand je suis arrivée et que ça fermait à 13h, j’ai abandonné l’idée, étant donné que c’est assez grand et que je n’avais pas envie de courir pour tout voir. Je me suis donc baladée un peu. Entre temps, Diego m’avait envoyé un message en me disant qu’il allait bientôt m’appeler, donc j’ai continué mon petit tour, et quand il m’a appelée pour savoir où j’étais, ben j’avais pas énormément bougé en fait ^^’ Et comme il m’a dit qu’on se rejoignait là où j’étais, j’ai poireauté en attendant qu’ils arrivent. Enfin bref, quelques petites photos quand même, paske vous n’avez pas encore vu ce que donnait Cordoba !

 

P1090418

 

P1090421

 

Une fois qu’ils m’ont rejointe, on est allé dans un office de tourisme histoire de voir quoi faire, sauf que le week-end à Córdoba, y a rien à faire et tout est fermé (tiens donc, c’est ptetre pour ça que j’aime pas cette ville !), puis on est retourné dans le Colegio Jesuitico, même si je leur avais dit que c’était pas la peine paske ça fermait à 13h, m’enfin…

Ensuite, on s’est baladé dans les rues piétonnes. Etant donné que les 2 premières fois j’y étais allée un dimanche et qu’il y avait 3 pelés et un tondu, ça m’a fait un choc de voir autant de monde ! Bon alors là, je me suis fait chier. Il se trouve qu’Eugenia était visiblement là pour faire du shopping et moi bah… J’aime pas ça !

Les deux premières fois que j’étais venue, on m’avait bien avisée de faire attention à mon sac à dos, parce qu’on peut très bien se le faire piquer en coupant les lanières… Etant donné qu’il ne m’était jamais rien arrivé, je me baladais confiante, mais il se trouve qu’alors que je marchais (assez rapidement en plus), j’ai senti qu’on touchait à mon sac. J’ai d’abord cru à une bousculade, mais quand j’ai voulu vérifier un peu plus loin, il se trouve que la petit pochette de devant était ouverte… Bon, je suis pas folle, quand même, je n’ai jamais rien laissé de valeur dans mon sac, j’avais toujours tout sur moi, mais quand même !

Enfin bref, Diego et Eugenia ont alors rencontré des copains, moi j’ai continué à tourner, mais fallait pas que je les perde, donc je restais pas trop loin malgré tout. Finalement, quand ils ont eu fini de discuter, ils m’ont annoncé qu’ils allaient aller manger et qu’après ils iraient faire du shopping, et m’ont donc demandé ce que je comptais faire : ouais, alors le shopping, merci, je pense que j’en ai eu assez ! Je leur ai donc dit que j’allais aller me balader, paske ça ne m’intéressait pas. Je suis donc partie seule de mon côté, et la première chose que j’ai faite était de chercher à manger.

Je me suis posée dans un bar/resto où j’ai pas mal attendu, mais étant donné qu’il n’y a rien à faire le samedi, ça m’a fait passer le temps… J’ai dégusté un lomito (comme un hamburger mais bien meilleur, et avec du vrai steak, pas haché/congelé !) accompagné de pápas fritas, miam !

 

Je suis sortie de là vers 14h30-15h. Ne sachant trop que faire, je me suis dirigée vers le Parque Sarmiento, que je pensais avoir vu la première fois que j’étais venue, mais qu’en fait non. Petit passage devant le Paseo Buen Pastor, bien plus joli quand il est éclairé par soleil et animé avec tout plein de gens que quand il fait tout gris sans personne, et devant la Iglesia de los Capuchinos…

 

P1090422

 

P1090423

 

P1090424

 

P1090425

 

P1090426

 

Je suis retournée dans l’église, que j’avais déjà visitée la première fois, mais où l’on voit un peu mieux quand il fait beau dehors !

Puis je suis allée vers le parc. Et là, j’ai pas compris, y avait une scène énorme avec tout plein de gens attroupés et un concert de je sais pas quoi… Bon, je suis pas restée, j’ai continué mon chemin.

Au départ, je suis pas partie dans le bon sens, donc je trouvais pas le parc. Je voulais rentrer parce que j’en avais plein les bottes, mais je me suis dit que c’était dommage quand même de ne pas le voir, sachant que c’était ma dernière virée à Córdoba. J’ai donc marché encore un peu, et fini par trouver ce que je voulais voir !

 

P1090427

 

P1090428

 

P1090430

P1090431
Museo de Bellas Artes

 

Puis, commençant à avoir froid, je suis revenue sur mes pas et sur la grande scène, il se trouve qu’il y avait un défilé de mode : je suis donc restée regarder des chouettes robes qui auraient très certainement fait effet le jour de la Remise des Diplômes (le prix aussi d’ailleurs, aurait fait effet…), même si j’étais un peu loin pour en profiter vraiment.

Puis une fois fini, j’ai voulu chercher un café, parce que j’en pouvais plus et que Diego m’avait appelée entre temps pour me dire qu’on se retrouvait à 19h devant le Paseo Buen Pastor, or il était 18h et j’étais à 2 pas du lieu-dit : je n’allais donc pas retourner au centre-ville pour faire demi-tour après… J’ai donc dû marcher encore quelques peu, étant donné que les seuls café que je trouvais étaient bondés. Puis j’ai fini par tomber par hasard sur un truc sympa, appelée par la musique de Manu Chao qui passait à l’intérieur… J’ai donc commandé un submarino (on m’avait dit que c’était le chocolat chaud local, mais en fait j’aurais mieux fait de m’abstenir : c’était… Particulier !)

En fait, je suis restée longtemps dedans, paske le service était assez long, j’ai même eu peur d’être à la bourre, mais finalement ça a été.

Je suis arrivée un peu plus tôt au Paseo Buen Pastor et par le plus grand des hasards, il se trouve qu’un spectacle de jets d’eau a commencé quelques minutes après que je sois arrivée, et j’ai eu la bonne surprise d’entendre (en plein milieu de Córdoba, rappelez-vous) un morceau de Yann Tiersen !!!

 

Bon, la suite je vais essayer de faire court (avant de raconter la soirée), paske ça commence à s’éterniser un peu et j’en ai marre d’écrire !

Donc, on a fini par se retrouver avec Diego et sa femme, puis on est allé au Paseo de los Artes, où l’on a retrouvé un couple d’amis à eux. On est allé boire un coup dans un endroit où la musique était trop forte pour que je puisse participer à la conversation, puis on s’est vite fait baladé le long du Paseo, sorte de brocante mais qui est apparemment tous les jours (ou au moins tous les week-ends).

 

Puis Diego et Eugenia m’ont dit qu’ils retrouvaient des amis pour aller manger, mais je préférais retourner à l’auberge, paske je pensais que j’allais bien plus m’amuser qu’à rester avec des gens qui discutent entre eux et dont je comprends la moitié de la conversation.

 

J’ai encore pas mal crapahuté, raccompagnée par le couple d’amis qui était avec nous. Arrivée à l’auberge, je suis ressortie pour m’acheter à manger, me suis fait la popote et ai retrouvé les personnes avec qui j’avais passé la soirée la veille. Soirée en boîte à nouveau prévue, cette fois, je suis bien tentée d’y aller ! Départ prévu à la même heure : 1h30.

 

En attendant, comme la veille, on s’est posé dans le canap’, à regarder « Diario de motocicleta », un film sur le voyage en moto du Che à travers l’Amérique du Sud, et à discuter. Vers 1h, je me sentais fatiguée, mais Marie-Eve m’a convaincue de venir malgré tout, arguant que c’était ma dernière soirée à Córdoba… Ce qui n’était pas faux ! Donc j’ai craqué, et j’y suis allée. Et je n’ai pas regretté !

 

P8010134

Je sais plus, Catalina, Alejandro, Romina, Walter, je sais pas, moi, Sandra et Marie-Eve

 

Nous voilà donc partis : Colombien(ne)s, Argentin(e)s, Québécoise et Française, direction le Zen, une boîte… Gay !

Enfin bref, on a passé une super soirée, arrosée d’alcools locaux, mais c’était vraiment sympa ! J’ai pu parler un peu français avec Marie-Eve, ce qui est assez pratique en boîte avec le bruit, même si j’avais du mal à la comprendre vu son accent, et que j’avais des réflexes de réponse en espagnol ! Une chose qui m’a choquée, c’est qu’elle m’a dit qu’elle avait fait Mexique, Guatemala etc, mais que c’est en Argentine qu’elle avait le plus ressenti le choc des cultures… Euh… Ah bon ? Il s’agit pourtant du pays le plus « européanisé » d’Amérique du Sud !

 

P8010150

 

P8010153

 

P8010220

 

Enfin bref, la boîte fermant à 5h du mat’, je me suis retrouvée à attendre un taxi avec Alejandro, un Colombien, en t-shirt, pendant au moins ¼ d’heure (y avait tout plein de taxis vides qui s’arrêtaient pas !), alors qu’il faisait 3°C dehors… On a fini par arriver à l’AJ, où j’ai eu bien du mal à monter dans mon lit (superposé, lit du haut… J’ai pas choisi !), et d’où j’ai fait tomber mon portable, ce qui implique d’en redescendre et d’y remonter…

C’était génial mine de rien, j’ai dû m’endormir vers 6h (voire plus), mais j’ai passé une pure soirée !

 

Dimanche 1er Août :

 

Réveillée à 10h, impossible de me rendormir… La nuit fut courte ! Je suis restée un peu à comater dans le lit, puis me suis décidée à me lever. Autant dire que je n’ai pas été très efficace de la journée !

Après une douche et un petit dej’ pris à quasiment midi, je suis restée avec mes compagnons de la veille, puis ai dit au revoir à la plupart d’entre eux qui partaient le jour-même également…

Je suis finalement partie vers 12h30-13h et suis passée au Disco pour m’acheter un paquet de gâteaux histoire d’avoir quelque chose à grignoter dans la voiture si j’avais faim.

Diego m’a appelée vers 13h pour me dire qu’on se retrouvait 1/2h plus tard près du Paseo Buen Pastor : je m’y suis donc rendue en prenant mon temps, puis on est retourné vers San Francisco.

 

J’ai essayé de dormir dans la voiture, mais en vain ! Le voyage a été un peu moins long, mais comme on s’est arrêté un certain temps pour prendre de l’essence, je suis arrivée chez Pochocha à 16h30.

Comme elle dormait, j’ai fait pareil : je suis allée me coucher !

 

En bref, c’était assez intense et fatiguant, mais j’ai passé un super week-end ! Il aura finalement fallu attendre ma troisième virée dans la cité Cordobesa pour enfin l’apprécier à sa juste valeur…

Posté par LaHyeNe51 à 22:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Córdoba

Nouveau commentaire