lundi 28 juin 2010

Route des Vins

Samedi 19 Juin :

Je me réveille vers 9h-9h30 et me prépare pour aller faire la Route des Vins : visite de plusieurs bodegas avec dégustations. Et puis je ne pouvais pas quitter le pays sans avoir goûté au fameux Malbec !

Petit passage par la réception, histoire de savoir comment faire. En fait, soit on peut la faire seul, à vélo, soit en excursion. Je me suis fiée au Guide du Routard et ai donc décidé de faire ça par moi-même. J'aurais peut-être mieux fait de prendre la deuxième option !!! Rodrigo (le gars de la réception) m'indique le bus à prendre et où m'arrêter. Problème : le ticket se paye dans le bus, directement à la machine, il faut donc de la monnaie ! Je passe donc vite fait à la supérette du coin acheter une bouteille d'eau (ce qui n'aura pas été une si mauvaise idée, au final) pour faire de la monnaie.
Arrivant à l'arrêt, je laisse quelques bus passer, voyant que ce n'est pas le numéro qu'on m'a indiqué. Puis je vois un bus bizarre, sans numéro, mais indiquant "Maipu" (village où je me rendais). Au fond de moi, je sais que ce n'est pas celui-là que je dois prendre, mais je suis quand même montée dedans : allez savoir pourquoi ! Heureusement, le chauffeur a été cool et il m'a laissée descendre à l'arrêt suivant sans me faire payer, en m'expliquant quel bus je devais prendre (même si je le savais, puisque le réceptionniste me l'avait bien expliqué...) ^^'
Problème : même si j'avais le nom de l'arrêt où je devais descendre, comme dans tout bus qui se respecte, on est censé appuyer sur un bouton AVANT l'arrêt... Mais comment on fait quand on sait pas où on est ?! Encore une fois, on m'avait dit à l'hôtel que le trajet durait à peu près 45 min, je surveillais donc le nom des arrêts et par chance, quelqu'un est descendu au bon endroit, je m'en suis aperçue in extremis !

Petit passage par le mini office de tourisme, pour obtenir une carte des bodegas et savoir où louer des vélos. En fait, ça ne m'aura pas trop servi puisqu'il y avait un loueur à 50m, qui donnait une carte (certes moins détaillée) des principales bodegas à visiter. Pour 25 pesos (5 euros), j'ai donc loué un vélo pour la journée (jusqu'à 19h : ça laisse largement le temps !) avec petite bouteille d'eau offerte et verre de vin à la fin !

Voilà donc Nénène partie sur son vélo, sauf qu'il faisait SUPER froid et je n'avais pas prévu de gants : j'ai eu peur pour mes mains... !

Première visite, pas trop loin : musée du vin. Dégustation à la clé.

P1080239

P1080243

P1080251

Puis retour sur le vélo. Il fait déjà plus chaud : ouf ! Je n'ai plus froid aux mains ! A 300m de là, une oliveraie/chocolaterie. 15 pesos (3€) pour une visite + dégustation à la fin. Bon alors la visite, sans commentaire : en anglais avec un accent argentin, j'ai pas compris grand chose ! Y avait deux françaises qui étaient là, elles ont rien compris non plus... Enfin le proprio (visiblement) avait l'air de parler à peu près toutes les langues puisqu'il parlait espagnol, anglais, français, et même flamand apparemment !

P1080252
Petit coucou à la France...

P1080254
Tout plein de bonnes choses !

P1080256
Absinthe : 75° J'aurais bien goûté, mais fallait remonter sur le vélo après !

La dégustation valait vraiment le coup : huile d'olive, vinaigre balsamique, tapas, confitures et dulce de leche et pour finir, 2 alcools au choix ! J'ai testé l'alcool banane/dulce de leche/chocolat (pas mauvais mais doit pas falloir en abuser) et un alcool de fleurs de Provence ! Pas mauvais non plus mais très sucré...

P1080257
Le fameux alcool de Fleurs de Provence, à droite

Puis c'est reparti ! Mr Renne a voulu en profiter aussi :

P1080258

P1080259

P1080261
Au loin devant, c'était des Américains : au final on retrouve toujours les mêmes personnes sur la route : ils sont partis à vélo quand j'arrivais pour en louer un et après les avoir perdus un moment, je les ai retrouvés le midi quand j'ai mangé !

P1080263
Ca rend pas grand chose en photo, mais les vignes surplombées par la montagne, c'était vraiment magnifique.

Direction bodega Trapiche : la fille de l'office de tourisme m'avait dit que ça ne se visitait pas, mais que c'était une belle bâtisse à voir. Ca faisait faire un crochet par rapport à la route principale, mais je voulais voir quand même. En fait, j'aurais peut-être dû m'abstenir, parce que là, je commençais vraiment à souffrir ! Le fait est que ça faisait  peu près 3 ans que je n'étais pas montée sur un vélo (véridique), j'ai regretté d'avoir eu envie de faire cette excursion ! Enfin c'était quand même chouette, avec les montagnes au fond, même si on ne les voit pas :

P1080264

Puis j'ai voulu rejoindre la route principale en passant d'abord par une petite brasserie artisanale qui était indiquée sur la carte, mais que je n'ai jamais trouvée : après avoir tourné en suivant un panneau indiquant une brasserie, je me suis retrouvée au milieu d'un chemin caillouteux avec 4-5 barraques et même si c'était indiqué plus loin, je ne l'ai jamais trouvée : j'ai donc préféré faire demi-tour pour retourner sur la route principale qui, mine de rien, n'était pas tout près ! Mais ça m'a permis de voir encore de jolis paysages :

P1080269

P1080272

Arrivée sur la route principale, même si j'ai l'impression que mes jambes vont me lacher à tout moment et que c'est l'enfer à chaque fois que j'appuie sur la pédale, je décide de continuer : ce serait trop bête de repartir en n'ayant même pas visité une bodega ! Bon cela dit, je me suis arrêtée plusieurs fois sur le bord de la route, juste pour me reposer les jambes !

P1080273

P1080274

Etant déjà pratiquement 13h, je décide de trouver un endroit où manger : la carte du loueur de vélo indique un resto sur une route sur la droite, je décide donc d'y aller. Quand j'arrive à l'intersection en question, je vois un panneau indiquant le resto à 800M : eh ben j'aurais jamais cru que c'était si long, 800m !!!! J'ai cru que jamais je n'arriverais au resto ! En plus, quand je suis arrivée, la grille était fermée et une voiture était entrain de repartir, me demandant si je savais pourquoi c'était fermé. Là, j'ai eu très peur : je n'avais plus aucune force pour continuer et je ne me voyais pas chercher un autre endroit où manger dans mon état ! J'ai quand même voulu vérifier et en fait, il suffisait juste de sonner à l'interphone : ouf !

Une fois là-bas, j'ai donc vu que les 4 Américains avaient suivi la même idée que moi, et je suis allée m'installer à l'intérieur, de peur d'avoir trop froid dehors. En fait, je me suis retrouvée seule dans le resto, qui paraissait assez "chic" d'aspect : pas très à l'aise ! Mais bon, pour 50 pesos (10€ environ), j'ai pu goûter des tapas faits maison + manger un plat pas mauvais + dessert + café :

P1080277
Le plat était apparemment un truc du coin, mais je dirais que c'était une sorte de sauté de boeuf avec des poivrons, tout simplement. Et en dessert, un flanc au caramel.

P1080279

En repartant du resto, vers 14h, je décide de faire encore 2 bodegas qui sont l'une à côté de l'autre, mais qui mine de rien sont encore à 2-3 km de là. Mes jambes souffrent et mes fesses aussi : je dois garder à l'esprit qu'il faut encore rentrer après tout ça, et si j'avais voulu tout faire, le parcours total était de 12km (aller, donc ça veut dire 24km A-R, sans compter les détours !). Autrement dit, impossible pour moi. Dommage, la dernière des bodegas est tenue par un proprio français, mais rien que l'idée de rentrer après le resto me démoralisait, j'ai pourtant continué quand même...

En arrivant enfin dans la rue des 2 bodegas, j'ai préféré commencer par celle recommandée par le Guide du Routard :  Viña El Cerno, visiblement bien vue, puisqu'il y avait tout un troupeau de vélos à mon arrivée ! Je ne savais pas trop comment ça se passait, alors j'attendais dehors que quelqu'un vienne, comme c'était indiqué un peu plus en amont, alors qu'il y avait plein de monde attablé avec un verre à la main... Sauf que j'ai attendu, attendu, elle n'est jamais venue. Euh oups, non, c'est pas ça. Enfin si, personne n'est venu ! Je suis donc entrée et j'ai demandé comment ça se passait, et si je pouvais faire une visite.

La femme m'a expliqué que la visite était dans 5min, donc j'ai encore attendu. Et en fait après mon attente, elle m'a réexpliqué que je pouvais faire la visite ou alors déguster. Pour la dégustation : 2 types : un verre de vin totalement rempli pour 10 pesos le verre ou alors 4 vins différents, dans des verres moins remplis, pour 25 pesos. Sachant qu'il y avait douze types de vins différents et que j'étais incapable de n'en choisir qu'un seul, j'ai opté pour la seconde option !

Me voilà donc avec mes 4 vins différents : je crois que les autres ont eu une drôle de tête quand ils m'ont vue arriver avec mes 4 verres ^^' Il était 16h, j'ai donc décidé de prendre mon temps, mais de ne pas repartir après 17h, histoire d'être sûre de rendre mon vélo à l'heure (sous peine de payer un supplément).


P1080281


P1080285

Mousseux (aucun goût), Chardonnay, Torrontés (très bon, très fruité, très frais !) et enfin, le fameux Malbec !

P1080286

P1080287

P1080289

P1080290
Jeu de mot bien trouvé ! Petite explication : en espagnol, "Bienvenue" s'écrit "Bienvenido", mais se prononce "BienBenido"... Et "Bebido" signifie "bu"... Je vous laisse le loisir de comprendre !

Finalement, je suis repartie vers 16h40, en appréhendant un peu le chemin du retour... J'ai décidé de ne pas aller voir l'autre bodega, de peur d'en sortir trop tard... Le chemin du retour fut difficile au début : j'avais mal aux jambes et aussi aux fesses ! Mais je me suis dit tout du long "il ne faut surtout pas que je m'arrête, il ne faut surtout pas que je m'arrête, il ne faut surtout pas que je m'arrête !" Chose que j'aurais certainement dû faire à l'aller également, parce que c'est encore pire quand on doit reprendre, en fait... Au final, j'ai mis à peine 3/4 d'heure à rentrer, en souffrant moins qu'à l'aller (quoique les 4 verres de vin ont dû aider un peu...), et encore, je me suis arrêtée à un rond-point parce que je ne savais plus où il fallait que je tourne !
En arrivant chez le loueur de vélo, on m'a donc proposé un verre de vin, que j'ai bien sûr accepté, même si la qualité n'était pas vraiment comparable à ceux que j'avais bus plus tôt... Je me suis donc posée tranquillement avec mon verre et voilà qu'au bout de quelques minutes, je vois débarquer les 4 Américains, ceux-là même qui étaient partis devant moi le matin, que j'avais retrouvés à la chocolaterie, puis au resto, et enfin dans la dernière bodega !
"On pensait pas que c'était si long !", qu'ils m'ont dit... Ah ben moi non plus hein ! En calculant vite fait, j'ai dû faire une bonne 20aine de km mine de rien (sans garantir l'exactitude de mes calculs...), c'est déjà pas mal pour quelqu'un qui n'est pas entrainé !

J'ai discuté un peu avec eux, bien que ce soit difficile, encore une fois, de parler anglais alors que je me suis accoutumée à parler espagnol, puis, à 18h, j'ai demandé au loueur où prendre un bus pour rentrer sur Mendoza et cette fois, je n'ai pas eu de problème puisque tous les bus s'y rendent, dans ce sens !

P1080291
Coucher de soleil sur la route du retour...

En arrivant à l'hôtel, j'étais contente d'être au chaud, parce que la température commençait à baisser avec la tombée de la nuit. Rien de tel qu'une bonne douche pour faire passer les vapeurs d'alcool accumulées toute la journée et détendre mes pauvres muscles, je m'attendais vraiment au pire le lendemain !

Puis après avoir glandouillé un peu sur Internet, au chaud, j'ai accompagné José (l'Argentin, suivez un peu quoi !), Daniel (le Brésilien) et Alessandro (l'Italien) sur la terrasse pendant qu'ils allumaient le feu pour l'asado. Le tout accompagné... De vin, bien sûr ! J'ai pourtant refusé tous les verres au début, mais ils m'en proposaient quand même à chaque fois, donc j'ai fini par céder... On est resté pas mal de temps à discuter de tout et de rien dehors, pas loin de 2h je pense, et ça caillait vraiment ! Je suis donc redescendue au chaud pendant que la viande cuisait et vers 22h30-23h, on a enfin commencé à manger : tadaaaaaaa !


P1080294
José, notre asador, et son œuvre : très bon, et très nourrissant, aussi ! (Rajoutez un poulet entier, derrière ça...)

Entre temps, deux personnes s'étaient rajoutées : Daniel (encore un, mais Argentin, celui-là ! Qui bosse à l'AJ et qui a vécu un ou deux ans en Italie, d'ailleurs... Comment ça, je vous embrouille ?!) et Alicia, une Argentine aussi.

J'ai passé une bonne soirée, avec des gens très sympa, encore arrosée de vin, et la fin fut difficile, entre la fatigue et l'alcool ! Je me suis finalement couchée à 2h, craignant pour l'excursion du lendemain, pour laquelle je devais être prête à partir entre 7h40 et 8h... Mais Daniel (le Brésilien) l'avait faite le jour-même et m'avait prévenue que comme on était le dernier hôtel sur le chemin du minibus, ce n'étais pas la peine de l'attendre avant 8h : ouf ! Comme il m'avait un peu raconté comment c'était aussi, j'avais hâte d'y être !
Et j'avais raison d'être pressée, c'était vraiment magnifique... Article à venir !

PS : Si vous voulez voir plus de photos de Mendoza et de la Route des Vins, c'est par ici : http://www.facebook.com/album.php?aid=2058754&id=1059328868&l=3d91c48183

Posté par LaHyeNe51 à 03:45 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur Route des Vins

    José, en Espagnol, ça se prononce "Rosé", non ?
    Bravo pour le vélo, déjà à jeun, c'est dur, mais avec un verre de malbec + un verre de Sauvignon, ah oui, pour info, le Cabernet Sauvignon, c'est du rouge, c'est le Sauvignon qu'est blanc, or, il y a 3 blancs pour un rouge et comme le Malbec c'est rouge... Ou alors le Malbec est blanc! pfouuuu... y fait chaud ici!

    Bises et bon courage!
    P'pa

    Posté par momon & p'pa, mardi 29 juin 2010 à 19:43 | | Répondre
  • Pour José, c'est ça !
    Et pour le blanc, autant pour moi, c'était du Chardonnay... Je sais pas pourquoi j'ai mis Cabernet ! Je vais aller rectifier ça vite fait !

    Posté par Nénène, mardi 29 juin 2010 à 20:45 | | Répondre
  • Ah, ben oui, ça va mieux comme ça!
    P'pa

    Posté par momon & p'pa, mardi 29 juin 2010 à 21:46 | | Répondre
Nouveau commentaire