vendredi 28 mai 2010

Bienvenida a Argentina !!!

Et voilà, ça y est, j'y suis...

Récit d'un voyage riche en émotions.

Mercredi 26 Mai 2010

8h45 : Réveil difficile... La nuit fut courte et agitée : le stress, sûrement. En plus, il fait super lourd. Levée finalement à 9h15. Les bagages sont terminés de la veille, la valise est bourrée à craquer et difficile à fermer !


P1070971

Mr Renne est prêt à partir

Après 2-3 fignolages, départ de la casa vers 10h30-10h45. Arrivée à Orly vers 12h, ça n'a pas trop mal roulé.

P1070973



Pensant qu'il fallait être présent à l'enregistrement 3h avant, on était large ! Mais quand on a demandé à l'hôtesse, elle nous a répondu que ça n'ouvrait que 2h avant, donc on a pu manger tranquillement, et attendre...

P1070974


L'heure de l'enregistrement arrive : 23,6kg de bagages, aoutch ! Heureusement, pas besoin de payer de supplément, pas si mal d'arriver dans les premiers ! L'hôtesse me dit que je ne récupérerai mes bagages qu'à Cordoba : gros OUF ! C'était mon angoisse... Me voilà donc soulagée, et comme il reste encore du temps, j'attends encore, avec mes parents.

Puis vient l'heure des au revoir. Evidemment, Nénène qui pleure encore... Petit passage par la sécurité, où j'ai dû montrer Mr Renne, qui était gentiment caché dans ma poche, après une fouille au corps parce que j'avais sonné...
Après avoir encore attendu, me voilà prête à embarquer ! Ca ne parle déjà plus beaucoup français dans l'avion, plutôt brusque l'acclimatation ! Pour la petite anecdote, le signe de croix de mon voisin d'à-côté au décollage et à l'atterrissage m'ont fait un effet assez particulier ! Ce n'est pourtant pas la première fois que je prends l'avion...
Deux heures de vols, sans boire ni manger : Duty Free uniquement en gros volumes et tous services payants dans l'avion...

18h35 : Arrivée à Madrid.
Les "transits" sont indiqués vers une porte donnant... A l'extérieur. Après être restée plantée pendant quelques minutes en me demandant où aller, j'ai fini par prendre mon courage à deux mains et aller demander à des stewards, qui ne parlaient pas français. Histoire de reculer au maximum le moment où je devrais parler español, je demande à m'exprimer en anglais. Il m'indique donc où aller, porte B, et qu'il faut marcher une 10aine de minutes.

Ah bon ? J'ai erré pendant au moins 3/4 d'heures dans l'aéroport, pour trouver la porte qui était tout à l'autre bout, en pensant quand même à m'acheter quelque chose à boire et à grignoter pendant l'attente... Le vol était indiqué sur à peu près 3 panneaux, alors que j'en ai "croisé" une bonne dizaine. Il a fallu que je passe un contrôle de police, et après quelques minutes de marche supplémentaire, me voilà enfin au bon endroit. L'attente est longue avant l'embarquement, pas loin de 2h...

P1070975

La vue depuis l'aéroport de Madrid : ça a l'air chouette !

P1070976

Mr Renne aussi a voulu en profiter, y a pas de raison !


21h05 : Début de l'embarquement. J'ai de la chance, je suis devant la cabine des hôtesses : je peux baisser mon siège sans gêner personne ! En plus, l'avion est rempli à peu près aux 2/3 : sur une rangée de 4 sièges, on est deux, à chaque extrémité : le pied pour pouvoir dormir !
Décollage à 22h30, on était censé partir à 22h05...

P1070977

Mr Renne a bien mis sa ceinture

Le repas n'est servi qu'à minuit, ça fait déjà longtemps que je pique du nez, il était temps que ça arrive ! Après ça, le besoin de sommeil se fait vraiment ressentir : j'ai plutôt bien dormi : ils ont passé 2 films, je me suis réveillée pendant le générique du premier, puis le temps de voir en 2 min que c'était Avatar pour le second... Et lorsqu'ils ont rallumé les lumières pour le petit dej' !

Jeudi 27 Mai

Atterrissage à Buenos Aires vers 5h30-6h, ce qui fait 10h30-11h en France. Il fait encore nuit.
Et là, la galère commence... Je dois aller prendre mon avion pour Cordoba. Heureusement, j'ai à peu près 3h avant l'embarquement. Naturellement, je suis les panneaux "en transit", mais une hôtesse me dit que je dois passer l'immigrtaion. Sauf qu'après, en descendant, j'arrive dans la salle de récupération des bagages. Je remonte donc, mais ne sais pas où aller. Je redescends. Comme j'avais vu un guichet de change, j'en profite pour changer quelques euros en pesos : grand bien m'en a pris ! (Vous comprendrez par la suite...) Mais je ne sais toujours pas où aller ! Après avoir demandé, on me dit qu'il faut que j'aille dans l'autre terminal.
J'y vais donc, et là : impossible de trouver la porte. Je monte à l'étage, on me dit qu'il faut que je descende, sauf que c'est dans une autre partie du terminal. Je suis en bas. Je ne sais pas où aller. J'en ai marre de tourner en rond, je suis fatiguée, je n'arrive pas à m'exprimer et personne ne parle anglais. La boule dans la gorge, impossible d'aller demander à quelqu'un sans me poser 5 minutes, sous peine d'être en pleurs en ouvrant la bouche !
Je réussis à me calmer et à demander où aller. En fait, je n'avais tout simplement pas vu l'endroit. Il n'y a personne devant la porte et elle est interdite d'accès. Je me dis qu'en même temps, j'ai 1h30 d'attente avant l'embarquement, je vais donc m'asseoir pour... Attendre.
Quand je commence à voir 2-3 personnes devant la porte, j'y vais, mais il faut encore attendre un certain temps. A 9h15, on nous fait enfin entrer : repassage devant la sécurité, puis attente dans la salle d'embarquement.

Et là, c'est le drame. Vers 9h25 (à noter : décollage prévu à 9h50), quatre passagers sont appelés au micro. Je ne suis pas sûre, mais j'en fais peut-être bien partie ! J'attends donc un peu, et là on m'appelle personnellement : ah ben oui, c'est bien moi. On me dit alors qu'il faut que j'aille récupérer mes bagages, qui ont été retirés de l'avion, que j'aille les réenregistrer, et que je revienne pour embarquer. On nous attend, qu'ils disent... Ne sachant pas où je dois les récupérer, je décide de retourner dans l'autre terminal, qui n'est pas tout près, quand même. En courant, paske 1/2h pour tout faire, c'est short. Là, je vois les 3 autres personnes qui ont été appelées qui viennent de demander à l'accueil : je fais la même chose, et vais pour rerentrer dans la salle de récupération des bagages. Sauf que le flic ne veut pas nous laisser entrer sans une personne du personnel d'Aerolineas Argentinas. Il faut donc aller en chercher une. On finit par récupérer nos valises, sauf qu'une fois à l'enregistrement... On nous dit que le vol est cloturé, et qu'ils ne peuvent rien faire pour nous ! Tout ça en espagnol... C'en est trop pour moi, j'en peux plus, je ne sais pas comment faire, j'appelle ma mère, en pleurs, paniquée. Et je bouffe tout mon crédit... (Important pour la suite) Tout ça pendant que les 3 autres personnes (Un couple espagnol et une Argentine) s'expliquent avec le mec de la compagnie, qui finit par nous dire qu'il y a un autre vol qui part à 13h55, mais de l'AUTRE aéroport de Buenos Aires...
Génial... Je fais comment, moi ? Par chance, la dame argentine m'a prise sous son aile et m'a dit de les attendre pour prendre un taxi. Sauf que j'ai quelqu'un qui m'attend à Cordoba à 11h15, moi ! Et je n'ai plus de crédit pour prévenir !
Pendant que les 3 personnes s'occupent de trouver un taxi, j'essaie de téléphoner avec ma carte bancaire : ça marche pas. Panique totale. J'achète une carte de téléphone internationale, mais j'ai du mal à m'en servir. Quand enfin j'arrive à avoir Nadia au bout du fil, on me dit qu'il faut partir ! J'explique donc rapidement, avec mon espagnol approximatif, que je ne serai pas à l'heure à Cordoba. Elle essaie de me dire quelque chose mais je ne comprends rien, et les autres m'attendent, il faut que je raccroche !
On a finalement pris le car, qui sont d'ailleurs très confortables ici, y en a pour 40 pesos (un peu moins de 10€) : j'ai bien fait de faire le change !!!
Une fois posée, j'arrive à me calmer : le plus urgent était de prévenir de mon retard et j'ai réussi à le faire in extremis... Du coup, j'ai pu avoir un petit aperçu de Buenos Aires : ville sale !

P1070978
P1070980

P1070981

P1070983

El Rio de la Plata. Au départ j'ai cru que c'était la mer, et j'ai trouvé ça vraiment crade, mais l'Argentine m'a dit que c'était el Rio, qui est en fait une embouchure !

P1070985

Craquage dans le bus. Après toute cette panique, ça fait pas de mal !

Arrivée à l'aéroport, enfin. J'avais peur de devoir payer un supplément lors de l'enregistrement, car les vols internes sont limités à 15kg, mais en fait non, tant mieux ! J'appelle ma mère, histoire de la rassurer un peu, puis je demande à manger, parce que je ne sais pas s'ils nous serviront quelque chose dans l'avion, et j'ai peur de ne rien pouvoir avaler avant des heures, car la route est longue entre Cordoba et San Francisco !
Un peu d'attente, puis embarquement. Enfin je décolle (avec 1/2h de retard : apparemment, la ponctualité n'est pas une qualité chez Aerolineas Argentinas !), le voyage touche à sa fin. Ils nous servent finalement un sandwich et un gâteau dans l'avion, ainsi qu'à boire : vive le café, je piquais déjà pas mal du nez avant le décollage, c'est d'ailleurs la mise en route des réacteurs qui m'a réveillée !

P1070987

Mon avion, Buenos Aires en fond

P1070990

Una mar de nubes

P1070997

P1070998

Premières images aériennes de l'Argentine. Irrigations typiques del America del Sur !

Après l'atterrissage, je récupère ma valise, un dernier merci à l'Argentine qui m'a sauvé la vie et il est temps de rencontrer le patron de la boîte où je vais bosser, Roque. Style assez particulier : crâne rasé, moustache et petit bouc, gros blouson noir : assez impressionnant !
Cette fois, c'est parti pour 200km de route. Les autoroutes n'existent pas ici, mais ça ne les empêche pas de rouler comme des tarés ! Je pense que la petite pointe à 180km/h (et encore, je voyais pas les chiffres sur le compteur, mais l'aiguille était loin, très loin, du 100) lui a fait plaisir, même si la route est limitée à 80 : visiblement, le respect du code de la route, c'est pas leur fort ! Il y a plein de chiens errants sur les bords des routes, c'est assez bizarre ! Sinon, ben à part quelques bleds, c'est la cambrousse !

Juste avant San Francisco, Roque me dépose pour que Nadia prenne le relai : il habite à 60 bornes et ne peut pas se permettre de faire un détour pour m'amener chez la Señora où je suis en "pension". Après m'avoir montré vite fait où se situait l'entreprise, Nadia me dépose enfin chez la dame.
Il est 19h, heure locale (minuit en France) et il fait déjà nuit depuis environ 1/2h. De Mareuil à San Francisco, le voyage aura finalement duré 34h, au lieu d'une trentaine d'heures.

Heureusement, Roque a demandé à ce que je puisse avoir une sorte de clé 3G, pour me connecter à Internet, du coup, je ne me sens pas trop coupée du monde !
Nadia me dit dans la voiture que le lendemain, les filles de la boîte ont prévu de se faire une soirée, et qu'elle passera me chercher. Elle me demande si je veux visiter l'entreprise, mais je lui dis que je préfère me reposer, j'ai vraiment besoin de sommeil ! Elle me propose également de m'emmener à l'anniversaire d'une de ses amies samedi, donc je vais déjà pouvoir m'occuper !

La première chose que je fais en arrivant est de passer sous la douche, je l'ai attendue, celle-là ! La salle de bain est assez rudimentaire, le mobilier assez vieillot (la dame n'est plus toute jeune !) mais j'essaie de me rassurer en me disant qu'il y en a qui sont dans des conditions pires que moi (cassdédi à Claire, au Vietnam, avec ses toilettes dans le seau !) et que finalement, c'est pas pire que l'an dernier (c'est même plus propre !). Vers 21h, la Señora me fait à manger, mais il est déjà 2h en France, je n'ai pas spécialement faim... Son fils et 3 de ses petits enfants sont là, je n'aime pas qu'on me regarde manger et je ne sais pas quoi dire, surtout que j'ai pas vraiment envie de faire d'effort de communication après 35h de voyage dans les pattes !
Une autre de ses petites filles est là aussi, j'ai appris le lendemain (aujourd'hui) qu'elle vit ici : je suis rassurée, j'appréhendais un peu le fait de me retrouver toute seule avec la dame (faudrait que je pense à lui demander comment elle s'appelle, un jour...), qui en plus est un peu sourde !

Après avoir passé pas mal de temps sur internet, le temps de donner des nouvelles et d'en prendre des autres, je finis par me coucher à minuit. Il fait froid dans la chambre, mais la couverture tient bien chaud !

Malheureusement je suis malade, je toussais déjà pas mal avant de partir, mais la clim dans l'avion n'a pas arrangé les choses, et j'ai le nez pris maintenant ! Heureusement, ça ne m'a pas empêchée de dormir.

P1080001

Ma chambre. Eh oui, c'est rustique !

Vendredi 28 Mai

Réveillée à 9h45, je comate encore un peu, et je finis par me lever vers 10h30-10h40. La Señora me prépare un petit déj' et je goûte à la spécialité : el dulce de leche. C'est de la "confiture de lait", en gros (très gros) c'est du caramel au lait.

Je vide ma valise et range mes affaires dans l'armoire, puis vient l'heure du repas. On discute un peu, sa petite fille (qui vit avec elle, donc) me dit qu'elle s'appelle Belén, c'est marrant, pas si loin de mon prénom, finalement !

Cette après-midi, je voulais aller me balader un peu, mais j'ai peur de me perdre, et en plus il a plu, donc finalement je suis restée ici écrire cet article (mine de rien, ça fait 2h30 que je suis dessus...).

Maintenant, je vais aller prendre une douche et attendre que Nadia vienne me chercher !

Sinon niveau adaptation, ben je pensais pas m'en sortir si bien en espagnol. Bon bien sûr, je galère à trouver mes mots car j'ai un vocabulaire au ras des pâquerettes et j'ai un peu de mal avec les conjugaisons, mais globalement ça va, c'est pas pire que l'anglais l'an dernier ! Et puis pour la compréhension, ben à part les problèmes de vocabulaire encore, une fois qu'on a compris que le "ll" se prononce entre le j et le ch et que les s ne sont pratiquement pas prononcés, ça va aussi !

Voilà, voilà, à bientôt pour de nouvelles aventures !

PS : Cliquez sur les images pour les voir en plus grand...


Posté par LaHyeNe51 à 21:56 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


Commentaires sur Bienvenida a Argentina !!!

    bravo !

    bravo ! pour la réussite des "12 travaux d'astérix" à l'aéroport de buenos aires ! monter, descendre, monter, terminal x, autre terminal....

    merci pour ces nouvelles, c'est toujours un plaisir de suivre tes aventures et je vois que tu sais garder un peu d'humour

    bonnes soirées en perspective, mais n'oublie pas que tu es partie pour un stage

    bisous et à bientot

    Posté par momon & p'pa, samedi 29 mai 2010 à 01:12 | | Répondre
  • ouhaou courageuse la tite franginette.

    Ils ont l'air d'être gentils les argentins, a donne envie d'aller leur rendre visite

    Gros bisous poulette

    Posté par franginette, samedi 29 mai 2010 à 18:34 | | Répondre
  • eh ben, sacré péripécie que tu as encore là. Contente que ce soit bien terminé et que tu es tes bagadge. Très sympa Nadia de te proposé des sorties. Proffite et on se revoit dans 3 mois avec plein de choses à raconté et plein de souvenirs dans la tête. Je te fais des gros biousssss

    Posté par Anaïs, dimanche 30 mai 2010 à 20:42 | | Répondre
  • Continue

    C'est vraiment sympa de te lire, merci pour les 2h30 de rédac'

    Profite bien, bises.

    P.S. j'attends déjà la suite et passe le bonjour à Mr Renne

    Posté par Marie Cousinette, lundi 31 mai 2010 à 17:12 | | Répondre
  • super blog!

    Posté par gigi, vendredi 16 juillet 2010 à 09:31 | | Répondre
Nouveau commentaire